Home International Cote d’Ivoire : Une affaire de soldat cocu

Cote d’Ivoire : Une affaire de soldat cocu

478
0
SHARE

 

 

Des échanges de tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi aux environs de quatre heures du matin à Bouaké entre des militaires et des hommes du CCDO, près du troisième bataillon militaire d’infanterie.

Si les ivoiriens dans une large majorité ont d’abord cru, à un retour des vieux démons de Janvier 2017, nous  vous donnons  les vraies raisons de ces tirs.

De source digne de foi et proche du 3è bataillon de Bouaké, on peut affirmer que les événements qui se sont produits cette nuit relèvent exclusivement du privé et n’ont rien à avoir avec des revendications des hommes en armes.

Tout est  parti d’une histoire entre le Lieutenant Traoré Amoudé du CCDO, (ancien Chef de sécurité à Bouaké au temps de la rébellion qui était sous la responsabilité de Chérif Ousmane) et un autre membre du fameux contingent des 8400, dont nous n’avons pas encore l’identité. Nous l’appellerons “Officier X”. Ce dernier, résidant dans le quartier Dar es Salam à Bouaké avec sa fiancée aurait alors tendu un guet-apens au Lieutenant Amoudé devenu un visiteur nocturne régulier de sa fiancée. Sur la base de plusieurs signalements et de certaines preuves jugées irréfutables, Officier X a conclu que sa fiancée entretenait une liaison avec Lt Amoudé. Officier X, décide alors de prendre les choses en main en simulant un départ au boulot pour monter sa garde habituelle, mais le Lt Amoudé ne sachant pas que l’étau se resserrait autour de sa personne s’est alors retrouvé pris au piège. Il était 2 heures du matin lorsque “Officier X” rentre subitement chez lui et remarque Amoudé à bord de son véhicule à son domicile et discutant avec sa fiancée ; Kalachnikov en main, il ouvre le feu sur Amoudé qui réussira à s’enfuir abandonnant son véhicule et son accompagnateur touché par balles dans le dos.

Ayant échappé à la mort, le Lieutenant Amoudé, (qui faisait partie des meneurs au sein du contingent des 8400) a appelé en renfort son groupe surnommé “les 19”. Soutenu dans son œuvre par “Vieux”, le Chef des “19”, Ils décident alors d’organiser une patrouille pour retrouver ceux qu’ils appellent “agresseurs”. Ils prennent alors la direction du camp militaire aux environs de 3h du matin, mais ont malheureusement essuyé des tirs à leur arrivée sur les lieux. Un membre du groupe est décédé.

Le Lieutenant Amoudé selon nos informations serait un élément qui aurait les pleins pouvoirs dans la ville de Bouaké. Il est décrit comme un officier qui ne reçoit d’instructions d’aucune hiérarchie. Rappelons que “Vieux” est membre de la 3è Région militaire de Bouaké et que le Lieutenant Amoudé est depuis lors injoignable et surtout introuvable. C’est donc une affaire privée qui a occasionné cette tension non seulement à Bouaké mais au sein des populations ivoiriennes.

                                                                                                    Hervé N’Depo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here